Publié par Laisser un commentaire

Marc Hervieux

Le parcours du ténor Marc Hervieux permet à quiconque de croire de nouveau aux contes de fées. Est-il possible qu’un chanteur québécois de 40 ans, qui a les deux pieds bien sur terre et dont le charisme se traduit notamment par la sincérité et la bonhomie, soit un ténor de réputation internationale invité à se produire dans les plus prestigieuses maisons d’opéra de la planète? Est-il imaginable que Marc Hervieux ait grandi dans le quartier ouvrier montréalais d’Hochelaga-Maisonneuve dans une maison où la musique country triomphait sur l’opéra, ou que celui-ci ait été invité à chanter pour les grands de ce monde, de George W. Bush à Carl Gustav XVI, roi de Suède?
La réponse est assurément oui. Mais Marc Hervieux n’est pas aveuglé par tout ce qui accompagne la renommée : «Je ne voulais pas tout abandonner pour devenir une vedette, je voulais être un chanteur», affirme-t-il avec insistance. Sa grande modestie fait presque oublier que ce chanteur reçoit des invitations de Zubin Mehta et de l’Orchestre philharmonique d’Israël de même que de Valery Gergiev et du Théâtre Mariisnky de Saint-Pétersbourg. Le ténor est également considéré comme faisant partie des artistes principaux de l’Opéra du Métropolitain de New York depuis 2006. Il a chanté avec les grands noms l’opéra comme Renée Fleming, Bryn Terfel, Lyne Fortin et Anna Netrebko.
La carrière de Marc Hervieux a pris une ampleur que le chanteur ne pouvait même pas s’imaginer alors que celui-ci était un graphiste chantant occasionnellement dans des groupes de rock. Pour lui, la célébrité n’est que la cerise sur le gâteau. Qu’il s’agisse de chanter sur l’une des plus grandes scènes lyriques du monde ou sur les planches de l’opéra de sa ville natale, son : engagement, plein et entier demeure toujours le même : « Je ne choisis pas de chanter mieux parce que je suis au Met. J’essaie de donner le meilleur de moi-même partout. », affirme Marc Hervieux.

Malgré les succès grisants remportés par cet artiste à la vocation plutôt tardive, celui-ci ayant appris à lire la musique à l’âge de 24 ans, Marc Hervieux est demeuré entièrement fidèle à ses origines en restant profondément attaché au vieux quartier montréalais de son enfance. Chaque Noël, il y est retourné pour chanter la messe de minuit à l’église du Très-Saint-Nom-de-Jésus pour le fameux Minuit, chrétiens – une tradition qu’il a su faire partager sur son premier disque chez ATMA, Le premier Noël, qui s’est hissé au palmarès des dix meilleurs vendeurs du domaine classique au Canada dès sa parution.

Marc Hervieux est la preuve vivante que des origines modestes n’empêchent pas de connaître le succès. Lorsqu’il s’agit d’encourager les jeunes artistes à avoir des rêves à la mesure de leurs ambitions, sans se laisser freiner par d’éventuelles barrières, le chanteur évoque son propre succès en le mettant en perspective. Par exemple, quand son agent lui téléphone pour lui dire que son tout récent disque pop vient d’être certifié or, trouvant du coup sa place au sommet du palmarès aux côtés de Michael Jackson, Marc répond :« C’est extraordinaire, c’est fantastique, mais je ne m’attendais pas à ça! ».

Peut-être est-ce sa capacité à rester entièrement fidèle à lui-même qui permet à Marc Hervieux d’être chez lui à la fois dans l’univers de la musique classique et celui de la musique pop. Une recherche rapide sur Google permet de découvrir tout aussi bien des vidéos du ténor chantant des airs exigeants du Faust de Gounod que le thème de Love Story. En 2005, alors qu’il jouissait déjà d’une carrière internationale reconnue, sa prise de rôle du Businessman dans l’immense succès populaire québécois qu’est l’opéra-rock Starmania, a permis à Marc Hervieux de devenir le nouveau nom associé à l’opéra au sein du public qui ne le fréquente habituellement pas le genre. Dans cette veine, ses collaborations avec la figure légendaire de la chanson au Québec, Ginette Reno, et la star de la pop Patsy Gallant, entres autres personnalités, lui ont permis de conquérir un auditoire que plusieurs chanteurs lyriques n’arrivent pas à atteindre. Et, contrairement au récent groupe de ténors formaté pour plaire d’abord au grand public, Marc Hervieux possède un véritable talent musical qui fait de lui un chanteur comparable à celui des plus grandes vedettes d’opéra de l’heure. « Le ténor Marc Hervieux est encore plus convaincant ici. Dans le rôle central de Caravadossi, son chant est enlevant et de première classe. C’est une prestation du rôle pleinement achevée qui répond aux plus grands standards internationaux. » (Calgary Herald)
Bien que Marc Hervieux affirme qu’il n’a pas de plan de carrière préétabli, celui-ci admet qu’il choisit soigneusement les projets auxquels il s’associe et surtout en respectant un critère pour lui très important : « Je veux être content de ce que je fais. J’essaie de m’en tenir à cette motivation et de rester fidèle aux choses qui sont importantes pour moi, comme ma famille. Je n’ai pas de regrets! »

© Luisa Trisi

Laisser un commentaire